Photo de tables dressées devant le comptoir en zinc du restaurant Le Galopin
Photo d'un plat cuisiné et d'une bouteille d'eau sur une table du restaurant Le Galopin

Le Galopin, c'est quoi ?

Un bistrot, un restaurant gastronomique, un rendez-vous convivial, une curiosité ou un peu de tout ça ?

C'est où ?

La place Sainte-Marthe dans le 10e arrondissement, c'est le croisement de plusieurs univers, entre les berges du canal Saint-Martin et la frontière du 19e arrondissement. C'est une place de village en plein milieu de Paris, vivante et populaire, tantôt tranquille, tantôt animée, l'endroit parfait pour un bistrot digne de ce nom.

Voilà le lieu choisi pour Le Galopin, ou plutôt le lieu qui l'a choisi puisque Le Galopin tient son nom du bistrot emblématique qui l'a porté des années plus tôt. Mais l'esprit de bistrot ne s'arrête pas au nom, on le retrouve dans les murs de pierres brutes et les vieilles fenêtres qui donnent sur la place, dans le sol en mosaïque, le comptoir en zinc ou encore les tables... de bistrot, bien sûr.

En bref, un lieu simple et authentique, sans fioritures et surtout sans prétention, comme l'ont voulu les frères Tischenko qui ne se gêneront pas pour venir partager votre bonne humeur pendant la soirée.

Photo de verres sur une table du restaurant Le Galopin

On y mange quoi ?

En deux mots, des bons produits. Voilà la base de la cuisine du Galopin, le chef ne transige pas avec la qualité des produits qu'il travaille. Tout y est frais grâce à des producteurs, bouchers et poissonniers reconnus dans toute la France pour la qualité et la provenance de leurs produits. Les deux frères ont aussi choisi de collaborer avec plusieurs vignerons et fournisseurs de vins naturels pour faire découvrir ces derniers à leurs hôtes.

Bien sûr, les bons produits ne font pas tout, et c'est la patte du chef Romain Tischenko que les clients viennent découvrir, le soir un menu unique, composé de 7 plats. Le menu est élaboré le jour même, et les produits commandés dans la journée sont tous servis le soir. Ce menu unique et original donne chaque jour la part belle à la cuisine instinctive et évolutive, en fonction des arrivages et des idées du chef. D'autant plus évolutive qu'elle se veut respectueuse du rythme des saisons.

Voilà ce qu'est Le Galopin, un lieu hybride entre restaurant gastronomique et bistrot parisien, où l'on passe d'un apéritif au zinc avec le patron à un repas de fin gourmet. En bref un lieu où il fait bon vivre, tout simplement.

Photo de Romain Tischenko en train de cuisiner au restaurant Le Galopin

Le restaurant est fermé pour le déjeuner.

Le menu dégustation du soir

Pour diner, le principe est le même. La carte change chaque jour pour assurer la fraicheur des produits. En revanche son articulation est différente. Un menu unique dégustation en sept plats, imaginé chaque soir par le chef et son second, Thomas. Il offre deux amuse-bouches, une entrée, un poisson, une viande puis deux desserts. Ainsi, il permet de découvrir de nombreux produits, connus ou méconnus, sans les choisir, donc, sans aprioris.

7 plats = 49 €

Photo d'un menu écrit sur une ardoise du restaurant Le Galopin

Les frères Tischenko ont en commun (entre autres) d'être tombés dans la marmite de la restauration quand il étaient tout petits, et si leurs routes ont été différentes, leurs buts sont tout à fait complémentaires.

À tout juste 27 ans, Romain Tischenko a déjà derrière lui une longue série d'expériences diverses et formatrices, puisqu'il a voyagé à travers toute la France pour découvrir la cuisine à la source. D'abord en Normandie, au restaurant gastronomique Les Landiers, où il fait ses premières armes, puis cap au sud ! De Nice à Saint-Jean de Luz, avec un détour par Megève, Romain découvre plus de produits et se forme à différentes méthodes, jusqu'à devenir chef de partie dans son premier restaurant étoilé sous le chef Nicolas Masse. Plus tard, à son retour dans la capitale, il est engagé dans son deuxième étoilé : Ze kitchen Galerie, du chef William Ledeuil, dont il deviendra rapidement le second.

Puis en 2010, Romain participe à l'émission qui le rendra connu bien au delà de sa cuisine, il devient le premier Top-Chef, un tremplin qui doit lui permettre d'atteindre enfin ses objectifs. Et voilà, 2 ans plus tard, ce rêve devient réalité, Romain Tischenko ouvre son propre restaurant, à sa manière, avec son frère Maxime. Pourquoi si longtemps ? Parce que faire les choses bien prend du temps et Romain ne veut pas griller les étapes : il a été élu Top-Chef mais dans son esprit, il reste surtout et avant tout chef.

Comme son frère, Maxime Tischenko a connu sa toute première expérience dans la restauration à l'age de 14 ans mais lui, c'est vers la salle qu'il s'est orienté très vite. Après ses études il a logiquement commencé par être serveur avant d'obtenir son premier poste de responsable de salle à 19 ans. Mais il est trop tôt pour s'installer quelque part et Maxime décide de partir découvrir d'autres langues, d'autres paysages et d'autres cuisines, jusqu'à poser ses valises au bout du monde, en Australie. Après cela, il travaillera plusieurs saisons à Trouville, en salle et derrière le bar, avant de revenir s'installer définitivement à Paris. C'est au restaurant Le Chateaubriand que Maxime va parfaire sa connaissance des bons vins et se découvrir une passion pour le vin biodynamique. Une corde de plus à l'arc du futur chef de salle du Galopin.

Et les voici, enfin devenus leurs propres patrons, fiers de vous accueillir et de partager leur passion avec vous.

Photo de Romain Tischenko devant le restaurant Le Galopin
Photo d'une suspension devant un mur de pierres brutes du restaurant Le Galopin

Accès

Métro Belleville ou Goncourt

Heures d'ouverture

lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi : 19h30 - 22h30

Demande d'information

Merci d'utiliser ce formulaire uniquement pour des demandes d'information. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

Si vous souhaitez effectuer une réservation, contactez-nous directement au 01 42 06 05 03. | To submit a reservation please contact us by phone: +33 1 42 06 05 03.

Champ(s) obligatoire(s)E-mail incorrect

Photo d'une entrée du restaurant Le Galopin